Dictionnaire de Droit Canonique Il y a 1 produit.

publié sous la direction de R. Naz, en 7 tomes.

En 1965, s’achevait le Dictionnaire, 6 ans après l’annonce par Jean XXIII du concile Vatican II et de la révision du code de 1917 qui avait été œuvre de codification/compilation d’un ensemble législatif composé de normes diverses et éparses que l’Histoire avait données à l’Église latine. De la conf...

publié sous la direction de R. Naz, en 7 tomes.

En 1965, s’achevait le Dictionnaire, 6 ans après l’annonce par Jean XXIII du concile Vatican II et de la révision du code de 1917 qui avait été œuvre de codification/compilation d’un ensemble législatif composé de normes diverses et éparses que l’Histoire avait données à l’Église latine. De la confrontation des décisions de Vatican II au code de 1917 a jailli le code de 1983 qui ne renie pas les principes de son prédécesseur, mais les met en harmonie avec la pensée de l’Église dans la deuxième moitié du XXe siècle.

La conception de l’ouvrage lui permet de conserver toute sa valeur historique et d’être une source documentaire des plus complètes. Il a eu pour but de fournir un exposé complet du droit commun de l’Église, tel qu’il résultait des dispositions du code de 1917. Œuvre pratique autant que scientifique, les entrées rassemblent un très large éventail de termes canoniques. Évidemment, un choix est fait, mais ce choix est le plus large possible.

Ces termes peuvent se présenter dans l’une ou l’autre des catégories suivantes :

1° Les termes de droit proprement dit ou de jurisprudence, dont les uns sont des termes de pur droit, comme achat, accusation, admission et autres similaires : à propos de ces mots, sont donnés l’état précis de la doctrine ou de la jurisprudence avec, très brièvement, s’il est nécessaire, l’exposé rapide des modifications introduites depuis l’application du code de 1917.

D’autres mots, comme abbé, affinité, divorce, paroisse, vicaire, visite " ad limina ", etc., fournissent matière à un exposé plus détaillé de la formation de la discipline, c’est-à-dire de l’histoire des disciplines antérieures, toujours nécessaire à la bonne compréhensiondu droit alors en vigueur et au droit actuel.

2° Les termes désignant les institutions de l’Église ou instruments de la formation du droit : collections canoniques ; organismes de tout ordre, dicastères romains (tribunaux, Congrégations, etc.) ; institutions, comme doyennés, archiprêtrés.

3° Les articles sur les principaux canonistes, comprenant des renseignements biographiques succincts, la plupart étant plus connus par leurs œuvres que dans le détail de leur vie ; les caractéristiques de leur esprit et leur influence sur l’intelligence et sur la formation du droit et de la doctrine sont mises en relief. Une notice bibliographique complète chaque article.

4° On trouve aussi l’essentiel sur le droit liturgique et sur la législation des cultes dans le droit civil français à l’époque de la rédaction.

.

Détails
Résultats 1 - 1 sur 1.